le regard du coeur

Réponses des villages à l'abus

On le suppose généralement dans le monde extérieur que les villageois de Karen soumettent simplement à l'abus ou se sauvent dans la crainte, mais un regard plus étroit à la situation indique une image très différente. Dans les villages SPDC-commandés, les gens constamment ignorent, éludent, et demande de renégociation en travail obligatoire, argent ou matériaux, et trouver des moyens subtiles de défier ou protester contre des abus. Ceci inclut envoyer secrètement l'appui à ceux en se cachant, en cachant des visiteurs, et en alimentant l'information aux droits de l'homme et aux groupes armés de résistance. Pour ceux au delà de l'extension de la commande de SPDC, le vol dans la forêt au lieu de la soumission au travail obligatoire dans un emplacement de relocalisation est leur manière d'éluder la commande de SPDC et de garder la main au-dessus des leurs vies et terre. Par ces stratégies de résistance ils lient non seulement leurs familles et les communautés, ils minent également le contrôle des militaires de la campagne.

Écoliers déplacés dans la zone de Nyaunglebin Plusieurs de ces stratégies se fondent sur la coopération entre les personnes et entre les villages. Une fois que déplacés, les villageois sont étonnamment efficaces à la nourriture et à l'abri d'organisation pour ceux qui ont besoin de lui plus, habituellement en l'absence complète de n'importe quelle aide extérieure. Dans des jours, les tableaux noirs se penchant contre des arbres indiquent la reprise d'instruire dans la forêt. Les même activités culturelles simples comme tisser et célébrer des festivals deviennent des moyens de renforcer les communautés face aux abus, et donc à la pièce de forme d'un stand contre l'oppression et pour des droits de l'homme. Des réseaux commerciaux de couvert sont installés entre les villageois déplacés et ceux dans les villages SPDC-commandés pour assurer la capacité continue des personnes d'éluder la commande de SPDC, et des liens avec les groupes armés de résistance sont exploités pour obtenir l'information et la protection physique.

Le SPDC a identifié que ces formes de résistance par les villageois sont une menace bien plus grande à sa puissance que la résistance armée du KNLA, et c'est pourquoi les villageois sont devenus les cibles principales de l'armée de SPDC. Pour n'importe qui qui souhaite aider les villageois dans cette situation, la première étape essentielle est d'identifier les stratégies qu'ils utilisent déjà pour résister à la commande militaire et pour revendiquer leurs droits, et puis s'assure que n'importe quelle aide fournie soutiendra ces stratégies plutôt que les mine. Faire autrement est de travailler contre les villageois à côté d'aider le SPDC dans sa campagne pour les apporter sous la commande militaire.

Les photos ci-dessous donnent quelques exemples des manières dans lesquelles les villageois maintiennent leur dignité et sens de la communauté face à la répression et aux abus systématiques. Beaucoup de photos entremêlées dans d'autres sections de cette galerie indiquent également une histoire semblable. Les photos ci-dessous ont été séparées dans cette section pour fournir des indices sur la façon dont regarder toutes les photos dans toute cette photo réglée avec un plus grand arrangement de la situation des villageois.

Toutes les photos sont par KHRG à moins qu'où spécifiquement remarquables autrement.

 


4-1

Une famille en K --- le village de la zone méridionale de Toungoo prépare le cardamome pour le marché en septembre 2005. Quand cette photo a été prise ils ont eu des visiteurs (droits) du KNLA. Beaucoup de villageois dans les collines de cette zone cultivent le cardamome comme récolte d'argent comptant, en partie parce qu'elle peut être développée dans de petites pièces rapportées dans la forêt où ils sont moins vulnérables à l'tir sur la vue par des patrouilles de SPDC qu'ils serait dans un domaine ouvert de riz.

Dans l'offensive courante, cependant, les forces de SPDC ont également été cherchantes et détruisantes des pièces rapportées de cardamome (voir par exemple la photo 1-79). [ photo : KHRG ]

 


4-2

Ce 'marché de jungle 'est l'une des manières que les villageois de colline éludant la commande de SPDC parviennent à survivre. Les gens dans les villages SPDC-commandés sont strictement interdits de prendre toute la nourriture ou médecines dans les collines, mais des arrangements secrets sont pris et la date indiquée ils passent des marchandises en contrebande hors des villages à un endroit arrangé au préalable dans la forêt, où ils commercent avec les villageois déplacés de colline. Les villageois de colline apportent des récoltes d'argent comptant comme des produits de cardamome et de forêt au commerce pour le riz, le sel et les marchandises sèches des lesquels ils ont besoin pour survivre.

Ces photos ont été prises en décembre 2005 dans la zone nordique de Nyaunglebin. Depuis lors le SPDC a essayé d'empêcher ces marchés en introduisant plus de troupes, en bloquant et landmining les routes et les sentiers piétons entre les secteurs SPDC-commandés et les secteurs de forêt. [ photos : KHRG ]


4-3


4-4

 


4-5

École primaire de village de Kheh Der dans les collines de la zone du sud-ouest de Toungoo, prises en septembre 2005. Cette école, qui a été construite et fonctionnée par les villageois eux-mêmes, et le village entier ont été maintenant détruits et abandonnés en tant qu'élément de l'offensive continue de SPDC contre tous les villages de colline dans la zone de Toungoo. [ photo : KHRG ]

 


4-6

En dépit du déplacement, de la menace de l'tir sur la vue par des troupes de SPDC, et des attaques sur leurs villages, ces villageois continuent à pratiquer leur culture autant qu'ils peuvent.

En photo 4-6 (laissée), S --- affichages une partie d'elle tissant d'un manche traditionnel de backstrap, alors que les photos ci-dessous montrent les personnes de quatre régions de village recueillant pour une concurrence de musique en tant qu'élément des célébrations de nouvelle année de Karen le 2005 30 décembre, tenu au delà des yeux et de la commande de l'armée de SPDC.

Le chercheur de KHRG qui a pris ces photos a noté que, "nous pouvons voir cela en dépit des efforts du SPDC d'imposer plus de contrôle des villageois de Karen, nous gardent toujours nos droites de célébrer notre nouvelle année de Karen." [ photos : KHRG ]


4-7


4-8

 


4-9

Les villageois célèbrent la nouvelle année de Karen sur le Th 2005 décembre de 30 dans la banlieue noire de Dweh Loh, zone de Papun. [ photo : KHRG ]

 


4-10

Une cérémonie de fermeture d'école primaire en K --- village de banlieue noire de Dweh Loh, de zone de Papun le 2006 4 février, à une école construite et à la course par les villageois elles-mêmes. Dans les mots d'un chercheur de KHRG qui étaient présents,

"les villageois ont construit une école primaire. Dès le début à la fin de l'année ils ont coopéré et ont travaillé très dur pour cette école, ainsi à la fin de l'année ils ont invité leurs amis d'autres villages et ont célébré une cérémonie et un concert de fermeture. Quoique les villageois et les étudiants doivent vivre dans une situation difficile et aient dû faire face à la torture et aux demandes du SPDC, ils ont essayé de faire leur meilleur pour la cérémonie de fermeture d'école. Pour fournir la nourriture pour les invités qu'ils ont invités à leur cérémonie, le rotin de coupe de parents et ont vendus les pour gagner l'argent pour la célébration. Chaque maison a coupé 20 rotins et un rotin a été vendu pour le Kyat 150. Ils ont rassemblé l'argent qui ils ont obtenu de vendre le rotin et ont acheté la nourriture et les choses pour décorer leur cérémonie de fermeture d'école. Les étudiants portaient les vêtements traditionnels de Karen et dansaient dans la coutume de Karen. Les personnes dans ces images veulent que ces images trop et demandé nous les envoient de nouveau à elles." [ photo : KHRG ]

 


4-11


4-12


4-13

En avril 2006, les troupes de SPDC ont attaqué des villages dans la région de Ler Wah/Kwih Lah le long du fleuve de Shwegyin dans la banlieue noire de Shwegyin, zone de Nyaunglebin pour la troisième fois en six mois. Beaucoup de villageois avaient prévu l'attaque et avaient déjà préparé des abris dans les collines juste à l'est. Quand ces photos ont été prises en juin 2006 plus d'eux avaient été dans ces abris pour deux mois ou plus déjà, et les pluies étaient dans la pleine force.

La photo 4-13 (laissée) montre un mortier en bambou de riz-broyage installé devant la hutte vivante simple d'une famille.


4-14


4-15

Les enfants en photos 4-15 et 4-16 se sont réunis devant leur école expédient, installation par les villageois pour maintenir la continuité et la communauté en leurs vies.

 

 

Les professeurs sont les volontaires locaux (photos 4-17 et 4-18 ci-dessous).


4-16


4-17


4-18


4-19

Activités de tissage et autres ont également continué. En photo 4-19 (laissée), un aîné montre à des enfants comment tisser un panier ; sous la forte pluie, une grande partie du temps est attente dépensée, espérant que les troupes de SPDC se retireront ainsi les gens peuvent retourner à leurs champs. Ceci pourrait être une longue attente, cependant, parce que le SPDC a maintenant établi un nouveau camp à ka Soh de Roh près de Ler Wah.

La photo 4-20 (droite) montre le monde par les yeux d'un villageois déplacé dans la région de Ler Wah en juin : regardant hors de votre abri la pluie se renversante, le gisement de riz vous pouvez ou ne pouvez pas obtenir la chance de moissonner, et la forêt dense là-bas. [ toutes les photos : KHRG ]


4-20

 


4-21


4-22


4-23

Les professeurs qui sont eux-mêmes les villageois déplacés de la gueule Pway Hta, Dt'Ku Der et d'autres villages près de la route SPDC-patrouillée de véhicule dans la zone nordique de Papun travaillent dur pour maintenir l'école pour des enfants en se cachant dans la forêt en août 2006.

L'école en photos 4-21 et 4-22 ci-dessus a été installée dans un buffle tenant la cour, alors que les écoles montrées dans les autres photos sont dirigées des propres abris des professeurs cachés des colonnes de SPDC.

Ces écoles doivent rester mobiles ; elles clôturent toutes les fois que les colonnes de SPDC viennent près, ou quand les professeurs et les élèves doivent se sauver avec leurs familles, mais elles rouvrent presque toujours dès qu'elles pourront. [ toutes les photos : KHRG ]


4-24


4-25


4-26

 


4-27


4-28

Rassemblement de villageois pour des ateliers de droits de l'homme organisés dans la forêt par KHRG. Dans ces ateliers les villageois discutent des perceptions locales des droits de l'homme et comment ceux-ci rivalisent et contrastent avec des normes internationales. Les villageois discutent alors les nombreuses manières qu'ils déjà résistent eux-mêmes à des abus et revendiquent leurs droits, et recherchent des manières possibles de renforcer ces derniers par l'appui et la coopération mutuels. En ces ateliers beaucoup de villageois ont montré un vif intérêt dans des journalistes locaux devenir et des activistes de droits de l'homme. [ photos : KHRG ]


4-29